Mon panier

__________________________________________________
L'HISTOIRE DU PARFUM DE L'ANTIQUITÉ À NOS JOURS

 

La Grèce : les débuts de l’hygiène et le culte du corps

ALABASTRE PIRIFORME À FIGURE NOIRE AU DÉCOR DE SIRÈNE AUX AILES DÉPLOYÉES,
TERRE CUITE BEIGE À VERNIS NOIR, ATELIERS CORINTHIENS, GRÈCE,
VERS 575 – 550 AVANT J.-C., COLLECTION FRAGONARD.


Comme dans bien d’autres domaines, l’Égypte et l’Orient transmettent la science des parfums aux Grecs. Puis les Grecs importent d’Orient et d’Afrique les matières premières nécessaires grâce à leurs comptoirs répandus sur tout le pourtour méditerranéen, pour finalement devenir eux-mêmes experts dans l’élaboration des produits parfumés.

Le caractère d’abord sacré du parfum demeure et la littérature de la Grèce antique présente même une mythologie du parfum expliquant la naissance de telle ou telle fragrance à l’occasion de luttes entre dieux. Toutefois, l’intérêt des Grecs pour le parfum s’oriente également vers l’utilisation de ses vertus à d’autres fins : la médecine et l’hygiène corporelle.

Ce phénomène est évidemment à rapprocher du culte du corps, tant masculin que féminin, qui se développe à l’âge classique.
Hippocrate, le père de la médecine, édicte ainsi dans ses traités différentes règles d’hygiène conduisant à une utilisation importante des fumigations et des parfums pour prévenir les maladies. Les Grecs adoptent ainsi l’aromathérapie déjà utilisée par les égyptiens en l’utilisant dans une perspective où la science commence à remplacer la magie.

Par ailleurs, si la beauté classique s’exprime dans la statuaire grecque avec ses innombrables représentations de jeunes gens à la plastique impeccable, elle ne fait que traduire dans le champ artistique une obsession du corps qui a envahi la société grecque au point de susciter la réprimande de certains philosophes comme Socrate ou la moquerie d’auteurs comiques comme Aristophane.

Ce culte du corps concerne tant la femme que l’homme. Chez l’homme, il est associé à l’exercice physique et aux bains publics au cours desquels les hommes usent d’huiles parfumées. La femme, quant à elle, peut consacrer des heures à sa toilette au sein du gynécée. Les conquêtes d’Alexandre le Grand en direction de l’Orient, tout comme les expéditions des pharaons, sont l’occasion d’assurer l’approvisionnement en parfums, encens et épices.

À cette occasion, les Grecs rapportent en Occident de nouvelles senteurs issues du monde animal comme le musc et l’ambre gris. Elles révolutionnent l’usage du parfum et le font entrer dans l’univers de la sensualité.

GUTTUS À FILTRE EN FORME DE PIED EN CÉRAMIQUE VERNISSÉE NOIRE,
FOUILLES DE LA NÉCROPOLE DE ARG EL GHAZOUANI, KERKOUANE,
FIN IVE SIÈCLE AVANT J.-C., COLLECTION FRAGONARD.
BALSAMAIRE EN BRONZE, ATELIER ÉTRUSQUE.
PÉRIODE HELLÉNISTIQUE III-IIE SIÈCLE AV. J-C., COLLECTION FRAGONARD.

LES PARFUMS DANS LA MYTHOLOGIE GRECQUE

À travers leurs mythes, les Grecs vont « expliquer » la naissance des parfums. Il suffit de lire les quelques exemples suivants pour s’en convaincre : « Chloris, déesse des fleurs, crée la rose à partir du cadavre d’une nymphe. Émue par le sort de cette nymphe, elle demande l’aide de deux dieux de l’Olympe : Aphrodite lui offrit la beauté et Dionysos le nectar qui fait son parfum, faisant d’elle la reine des fleurs. »

« L’arbre à myrrhe, l’une des plus précieuses résines de l’époque, fut créé par Aphrodite. Elle changea une mortelle en cet arbre pour la protéger de la colère de son père. Celui-ci frappa l’arbre qui se fendit et dont sortit Adonis, jeune homme d’une grande beauté. Ainsi, le parfum le plus précieux est-il associé à une beauté quasiment divine. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.